self portrait camouflage

latifa laâbissi

La France, de la première Exposition universelle de 1855 à la Coloniale de 1937, offre successivement à la Nation onze manifestations dont le retentissement exceptionnel lui permet vite d’exporter ce modèle hors de ses frontières. Autant d’occasions pour le public d’applaudir au riche spectacle des splendeurs de son Empire colonial. Des hommes, des femmes, des enfants y sont l’objet d’attractions curieuses… Que reste-il de cette France colonialiste ? Latifa Laâbissi nous pose la question et en impose le sujet à l’aide d’un humour grinçant. Mais le recours à la dérision, les accents drôles et décalés y sont autant de révélateurs au service d’un propos engagé.


Latifa Laâbissi débute la danse contemporaine en France et poursuit sa formation au studio Cunningham à New York. Depuis 1990, danseuse et chorégraphe, elle est interprète pour Jean-Claude Gallotta, Thierry Baë, Georges Appaix, Loïc Touzé, Jennifer Lacey et Nadia Lauro, Boris Charmatz. Mêlant les genres, redéfinissant les formats, les créations de Latifa Laâbissi font entrer sur scène un hors-champ multiple où se découpent des figures et des voix. Le Vivat a accueilli la quasi totalité de ses pièces.