Clémentine Vanlerberghe

du 2 au 6 avril

En résidence laboratoire à la Maison des Artistes

Une semaine de travail à la Maison des Artistes pour cette danseuse et chorégraphe basée à Lille, pour avancer sur le solo Gracia Lacrimae :
 

« L’an dernier, à la télévision, je voyais Céline Dion pleurer, très pudiquement, alors qu’elle évoquait son défunt mari. Depuis que je suis mère, je pleure comme une (Marie) Madeleine ; je suis une femme, et pourtant je me cache pour le faire. Le pouvoir de ces larmes publiques m’intrigue. J’imagine ce solo comme un rituel de purification par les larmes évoquées, un moyen de revenir à notre humanité première. Ces larmes-là sont celles qui relient l’humain au divin, celles qui nous disent qu’en nous, il y a plus que nous, qu’il y a l’humanité toute entière. »